On se demande … Soudainement tout nous est dévoilé.

Communauté de la Résurrection
On se demande … Soudainement tout nous est dévoilé.
💖🌞💞On se demande … Soudainement tout nous est dévoilé.
 
On se demande pourquoi dois-je vivre cette pièce de théâtre et dans quel but ? Il est vrai que dans ce déroulement de ce qui compose notre propre pièce de théâtre, il y a de quoi à faire peur, à s’interroger du pourquoi, du comment, de la raison de notre venue en ce monde. Est-ce que nous avons vraiment le choix ? Pas vraiment, notre présence est importante comme il en est pour toute la pièce de théâtre. Ce qui veut dire, peu importe ce qui se trouve et qui compose cette grande manifestation magistrale, tout a sa raison d’être, tout est juste, tout est à sa juste place. Pourtant on se demande si vraiment nous sommes à notre place, que l’on en soit conscient ou pas, tout est légitime.
 
On grandit dans cette pièce de théâtre, à essayer de comprendre le pourquoi et comment, tout en ayant des relations familiales et autres. Tout ça pour essayer de comprendre qui nous sommes. Nous prenons des repères extérieurs, cherchant ainsi à nous identifier à quelque chose de stable, mais qu’en fait rien n’est vraiment ce dont il semble être. Des histoires, que des histoires, on se perd à comprendre qui on est à travers cette grande manifestation. Comme si la vérité se trouvait ailleurs, pourtant cette pièce de théâtre se joue depuis l’origine de ce monde, de cet univers et des autres. Toujours des histoires afin de nous apaiser, de croire juste en cette grande manifestation, cachant ainsi une grande vérité qui n’est pas à la portée de tous, seulement à ceux qui sont prêts de l’entendre et cela ne se trouve pas dans les histoires, dans ce qui est dit, mais bien dans ce qui ne l’est pas et qui trouve son origine au-delà de cette grande manifestation magistrale, là où il n’y a plus aucune histoire, plus aucun concept, plus aucune archétype ou autre croyance.
 
On essaie de se convaincre que la vérité se trouve dans les histoires, dans les enseignements, dans les religions, dans les doctrines ou autres conditionnements qui ont fait leurs preuves. Il est drôle de dire qui a fait leurs preuves quand nous constatons l’ampleur de cette grande pièce de théâtre où toute cette diversité partageant un incommensurable de vérités, où tous essaient de se convaincre qu’ils ont la connaissance acquise pour ainsi apporter ce qui manque à toute cette diversité, l’amour unifié. Et si ce chemin ne peut pas être appris de l’extérieur, que le seul endroit pour découvrir cette vérité, se trouve être en son propre cœur, que rien de l’extérieur peut apporter cette liberté, libre de tous ces conditionnements, de ces concepts, de ces enseignements, de ces religions ou autres. Dites-moi humblement, quel que soit l’enseignement qui vient de l’extérieur, y a-t-il vraiment la réalisation du soi ? Celui de comprendre le pourquoi et le comment de notre venue en ce monde, en cette grande manifestation qui dure depuis la nuit des temps. On aura beau faire l’expérience avec les anges, les archanges ou autres maîtres ascensionnés, que ce soit par canalisation ou par l’inspiration directe, tout ce qui vient des enseignements, des religions ou autres, tout fait partie de cette grande manifestation. On aura beau s’identifier, à croire que nous recevons la guidance de ce qui compose cette grande pièce de théâtre, la vérité ne se trouve pas à l’extérieur, mais bien en son propre cœur, l’aide extérieure apporte un appui, mais tôt ou tard l’élève doit dépasser le maître et ainsi acquérir la connaissance qui le libère de toutes les histoires, afin juste d’être ce qu’il a toujours été et cela avant même que la pièce magistrale soit manifestée dans le temps, espace et dimensions, dans ce qui est quantique.
 
Cette vérité n’est plus dans le faire, ni dans le savoir, ni dans aucune connaissance, que cela vienne de la conscience individuelle ou universelle, cela reste de l’illusion. Une pièce de théâtre c’est le jeu des acteurs, des âmes, de toute cette diversité de vie, qui croit jouer un rôle. La pièce est tout orchestrée par une force qui n’est pas assujettie à cette grande manifestation, son rôle est de raconter des histoires, révélant cette grande vérité mais qui est perceptible pour celui qui sait voir entre les jeux ce qui se cache derrière, mais pour cela il faut être sortie du jeu pour être en mesure de voir ce que tous les autres ne perçoivent pas, trop occupés à interpréter leurs rôles croyant être cela, oubliant leur vraie nature divine.
 
Il est vrai que l’amour apporte une certaine liberté, mais reste limité quand l’être croit en les enseignements, en les conditionnements, en les religions, en les archétypes, en les anges ou autres. Il reste sous l’emprise de cette aide extérieure, même s’il croit que cela vient de l’intérieur, recevant celle-ci par inspiration, canalisation ou autres manifestations. L’être doit aller au-delà de la conscience, de tout concept, de tout autres conditionnements. Son amour doit être dénudé de tout, ne fait aucune référence à quoi que ce soit, un amour qui aime tout d’un même amour, sans condition, sans obligation, sans aucun repère de quoi ou de qui que ce soit, juste en l’amour, à son essence première. Pas de nom, pas de mots, aucune identification à quoi que ce soit, juste en cette présence éternelle, celle qui orchestre tout et qui dans sa grande magie, dans cette grande manifestation magistrale, nous montre à travers le jeu ce qui se dévoile, mais pour le voir, il ne faut plus être, il faut tout simplement lâcher prise de tout pour tout simplement sentir et ressentir notre essence éternelle, l’amour. Voilà la raison de notre venue en ce monde, comprendre le jeu et s’en libérer, en se détachant de l’être pour juste vivre l’amour en présence, ainsi vivre son éternité dans sa totalité, du dernier jusqu’au premier. N’oublions pas que tout fait partie de la grande pièce de théâtre, cela n’est qu’un jeu, en tout temps nous sommes libres d’y mette fin, juste en se dépouillant, se dénudant de tout ce qui est éphémère, de tout ce qui compose cette pièce, matrice, en revenant ce que nous sommes depuis toute éternité, la présence éternelle de l’amour, elle n’a point besoin d’être, elle est de toute éternité notre essence divine.

Laisser un commentaire