Juste un rêve, rien de plus qu’un rêve

Communauté de la Résurrection
Juste un rêve, rien de plus qu’un rêve

Juste un rêve, rien de plus qu’un rêve

La conscience disparut et réapparut à l’état d’idée vide, information sans substance, se déploie en monde et dimension, mais la différence c’est que, par la révélation de cette présence sans conscience, de cette absolu, l’on est libéré de l’illusion. Les phénomènes s’éteignent et s’allument comme une télévision, et d’être libéré de l’illusion de l’imagination, laisse de nouveau la place à la joie, l’amour et l’extase, qui sont avant l’émergence de la conscience et de la fabrication des phénomènes.

Alors cette douceur délicieuse qui nous caresse, ce goût exquis qui émane sans cesse, c’est notre vérité, c’est la vie, c’est le vivant, c’est la nature et l’essence de la création, qui est un rêve, qui apparaît et disparaît en même temps, existe et n’existe pas simultanément, et c’est ce qui fait qu’il y a la possibilité, bien évidemment, d’en être libre totalement, a chaque moment qui passe.

Parce que le rêve n’est pas réel, parce qu’il laisse aucune trace, parce que la conscience s’efface avec tout le crée, la liberté est possible, comment aurait-il pu en être autrement.

C’est juste un rêve, une idée, pensé et conçue de toutes pièces, un théâtre imaginaire et un spectateur imaginaire, il n’y a que l’absolu de réel, cela ne laisse aucune place au doute, lorsque tout s’efface, où peut-il y avoir un doute, nulle part, c’est un doute de rêve, comme toutes les certitudes forgées par les expériences au sein de l’illusion sont fausses, et même et surtout, celle qui sont de la lumière authentique, bien sur, sont aussi, de l’ordre de l’imagination, au même titre que les émotions de la personne, et je ne parle même pas des expériences de la lumière vampirisée et détournée par l’ego, de toute façon, qu’importe l’apparition, tout est logé à la même enseigne, devant l’absolu, tout est illusion. Mais certaine illusion on pour fruit la liberté, et d’autres l’enferment, tout simplement.

Alors lorsque la conscience et les phénomènes s’éteignent, naturellement, la joie émane et la paix règne, nue, vide de toute conscience, dépourvue de tout aperçue, il n’y a jamais rien eu de vrai, de réel, en vérité, il n’y a que l’éternel, à jamais immaculé, depuis le début, purement et absolument, c’est une supercherie, mais tant aimée, que je m’y suis oublié dedans, l’existence est ma super chérie, c’est mon bébé, c’est mon enfant, c’est mon corps, c’est ma chair, que je caresse de mon amour de mère, et par le feu du père, j’apporte l’énergie nécessaire, pour que se déploie tout l’univers. C’est la vie, c’est l’amour vivant, à chaque instant, en chaque forme, qui  fait danser la matière sur la mélodie de la grâce, qui se joue depuis le compositeur fou, qui ne sait pas où il va, ni ce qu’il fait totalement, mais dans une confiance sans faille et spontanée, en la perfection de son intelligence, se laisse porter et porte en le même instant, l’existence en son cœur.

 

En compagnie du vivant

Merci

Laisser un commentaire